Théâtre éducation:

Livres:

Documents:

Articles:

 

 

Le théâtre adolescent

Une pratique artistique d'affirmation

Éditions Logiques
Montréal, 1998, ISBN 2-89381-589-8
269 pages

Introduction
Le théâtre comme lieu du désir

Le théâtre adolescent. L'expression renvoie à ce théâtre qui appartiendrait en propre aux adolescents, qui serait inscrit dans leur culture et en tirerait ses caractéristiques. Un théâtre dont ils maîtriseraient l'ensemble des composantes, depuis les contenus thématiques, le style, l'écriture jusqu'à la conception et la production des éléments visuels et sonores. Un théâtre qui mettrait en évidence leur prise de parole et leur mise en vision du monde. Si le théâtre est un art de la scène accessible, dont l'invention a pour seuls guides l'imagination et la sensibilité créatrice des individus qui en éprouvent le désir, il est légitime de penser que les adolescents peuvent créer le leur. Leur théâtre: un théâtre qui correspondrait à la nécessité qu'ils en ont et auquel ils accéderaient par des chemins compatibles avec leur énergie créatrice. C'est ce théâtre que nous cherchons à définir ici, à partir de nos nombreuses rencontres avec les jeunes et avec leurs spectacles.

Le spectacle joué sur scène constitue le point de départ et le point de mire de notre étude. Pour de nombreuses raisons. D'abord parce que l'existence même du spectacle est la manifestation la plus évidente du désir de celles et ceux qui le portent. Ensuite, parce qu'il est l'aboutissement d'un processus de création et de production exigeant qui met en cause les personnes qui s'y engagent; parce qu'il est la synthèse de pratiques créatives et artistiques différenciées, mais cohérentes, qui s'exposent, par la présentation publique, à des appréciations multiples. Et puis, en définitive, parce que des adolescents qui choisissent de «faire du théâtre» posent en fait la question de l'intérêt que nous leur portons, à leurs spectacles tout autant qu'à eux-mêmes.

Les adolescents ont accès au théâtre par l'intermédiaire d'individus, de structures et d'institutions qui le colorent et l'orientent. Leur théâtre est conséquemment lié à de nombreuses réalités qui se transforment souvent en contraintes. Il est marqué par l'école où ils le pratiquent, par le milieu social et culturel qui le reçoit et par le fait, tout simple, qu'ils sont adolescents. À cause de leur âge, ils sont identifiés à une culture et à des comportements que l'opinion commune n'associe pas toujours à des comportements créateurs. Ils ont donc accès à une pratique artistique sous influence(s).

C'est ce qui explique que nous ayons choisi, pour en faire l'étude, de tenir compte d'une combinatoire d'éléments où se conjuguent l'appréciation des contextes (historiques et sociaux), l'analyse textuelle (de la pratique théâtrale et du spectacle sur scène), la mise en rapport avec les institutions (scolaires et communautaires) et la considération du moment de vie qu'est l'adolescence (moment initiatique et créatif). Afin de mieux comprendre, nous avons procédé à une enquête par entrevues qui a connu un premier temps fort en 1988-1990 et qui s'est poursuivie jusqu'en 1998. Nous rendons compte de ces résultats dans le premier chapitre.

Notre connaissance des spectacles créés, produits et joués par les adolescents vient de notre fréquentation des représentations scolaires, mais aussi du suivi effectué pendant ces dix ans sur des festivals scolaires (comme celui de l'École Chanoine-Armand-Racicot de St-Jean-sur-Richelieu), des festivals de création comme Créations Jeunesse (organisé par Oxy-Jeunes), Réalité Jeunesse (Créations etc.), des festivals mixtes où se retrouvent adolescents et professionnels de la scène comme la Rencontre Théâtre-Ados (Bluff Productions, Laval), des festivals étudiants (Nouvelle Compagnie Théâtrale, devenue Théâtre Denise-Pelletier) et des festivals de théâtre amateur (organisés par la Ville de Montréal et par la Fédération du théâtre amateur à Victoriaville). C'est à partir de ces observations que nous avons rédigé les «notes sur des spectacles vus» qui figurent au deuxième chapitre.

Ces deux premiers chapitres livrent donc des indices pour que nous puissions reconnaître le théâtre des adolescents. Au troisième, nous nous arrêtons aux contextes et aux contraintes que connaissent les jeunes, au théâtre scolaire qu'on leur a fait pratiquer depuis toujours, semble-t-il, à cette formidable énergie créatrice que psychologues et psychanalystes leur reconnaissent et à la légitimité de ce que nous appelons un «théâtre pour soi». Pour être sur scène et non seulement en coulisse, les 15-17 ans doivent cependant apprendre le théâtre et nous identifions, à leur intention, les clés d'accès que sont: les attitudes créatives, le jeu dansé, l'écriture scénique, la voix et, surtout, la mise en scène.

Les ouvrages sur la pratique du théâtre par les jeunes en milieu scolaire ou de loisirs s'intéressent habituellement à quatre ordres de questions, soit: aux attitudes créatives et au développement de la personne; aux approches didactiques et aux apprentissages par objectifs; à la constitution de fiches de jeux, d'exercices et d'ateliers qui visent habituellement l'acquisition d'habiletés spécifiques et, enfin, à la production des spectacles.

Aucune étude, à notre connaissance, n'a encore porté sur les processus de la création théâtrale tels qu'ils conviennent aux adolescents, soit quand ils sont guidés par des enseignants-metteurs en scène, soit quand ils l'abordent en toute autonomie. C'est la raison pour laquelle nous proposons, au dernier chapitre, une analyse descriptive de la pédagogie de la création théâtrale exercée par Josée St-Pierre avec des élèves de 4e et 5e secondaire et que nous expliquons le processus de création des cycles REPÈRE en espérant ainsi le rendre accessible aux jeunes. Nous incluons le guide des vérifications du spectacle préparé par Christiane Gerson à l'intention de ceux qui veulent réfléchir sur un spectacle déjà produit ou en cours de préparation, ou structurer leur analyse de spectacles professionnels vus.

Notre hypothèse est que le théâtre adolescent, celui créé par eux, existe dans ses caractéristiques propres et qu'il peut être considéré comme une création théâtrale de plein droit et comme une pratique d'affirmation.

Les propositions théoriques qui sous-tendent nos démarches et analyses sont au nombre de trois, toutes articulées autour de la notion de spectacle.

1. Le spectacle est le résultat d'une conduite de création artistique qui, comme telle, est un mode essentiel de connaissance de soi et de l'autre, d'affirmation de soi et de l'autre dans le monde.

2. Le processus de création et d'élaboration du spectacle est le mode d'accès fondamental à la connaissance et à l'apprentissage du théâtre et, par ricochet, au fondement même de l'enseignement du théâtre.

3. Le spectacle, celui des artistes tout autant que celui des adolescents, agit comme interface entre les jeunes et le théâtre, entre les spectateurs et les artistes du théâtre, entre l'art actuel et l'ensemble des connaissances littéraires, philosophiques et historiques. C'est par l'intermédiaire du spectacle que les dialogues créateurs s'écrivent.

Le corollaire de ces propositions est que l'enseignant de théâtre est nécessairement un metteur en scène inscrit dans un collectif de création, ce qui détermine la nature de ses fonctions et de ses responsabilités. «Il ne s'agit plus alors, écrit Fabrizio Cruciani, de se poser le problème en termes de «quoi apprendre», mais sous la forme plus dynamique, plus artistique et plus risquée de «qui enseigne et comment».

 

Table des matières:

SOMMAIRE

INTRODUCTION
Le théâtre comme lieu du désir

CHAPITRE 1
Du désir et de la réalité
La pratique théâtrale en milieu scolaire
Fragments de réalité
Des jeunes passionnés
Tâches et processus
Jeu et représentation
Apprentissages et perceptions
... et le prof?
Rétro-visions

CHAPITRE 2
Une quête de sens
Notes sur des spectacles vus
Du théâtre comme un rap
De chansons, d'images et de cinéma
Le corps en jeu
De l'interprétation
S'engager en/dans la fiction
C'est jouer qui est important
Et rire... même de l'humour

CHAPITRE 3
Une question de vision
Réflexions sur le sens du théâtre et
sur les moyens de se l'approprier
Contextes et contraintes
Persister et signer
S'approprier le théâtre

CHAPITRE 4
Les voies de la création
Propositions pour favoriser l'apprentissage,
la production et l'analyse critique du théâtre
par les adolescents.
Une pédagogie de la création
Portfolio de photos
Un processus de création autonome
Un guide des vérifications du spectacle
Glossaire

CONCLUSION
Le théâtre comme espace d'affirmation
RÉFÉRENCES

ANNEXE
Jeunesse en scène

 

... retour au sommet de la page >


Apprivoiser le théâtre



Les enfants, le jeu dramatique et le théâtre

Éditions Logiques
Montréal, 1997, ISBN 2-89381-473-5
280 pages

Avant-propos
Points de rencontre

Le théâtre est expression, art, langage. Il se crée, s'élabore à partir de multiples éléments qui se croisent, se rencontrent, se complètent, un peu comme les couleurs sur la palette d'un peintre ou comme les notes dont dispose le musicien. Apprivoiser le théâtre, c'est apprendre à connaître ces éléments, leurs valeurs, leurs harmonisations possibles. D'essais en tâtonnements, c'est se le rendre agréable. Apprivoiser le théâtre, c'est le considérer de l'intérieur, l'apprendre en le faisant et savoir apprécier ses manifestations d'extériorisation, nécessairement publiques et spectaculaires.

Nous sommes habituellement sensibilisés au théâtre par l'intermédiaire de ses manifestations extérieures. Nous allons au spectacle, événement public, et sommes alors spectateurs-témoins de l'aboutissement d'un long processus de création, de composition et de production. Les acteurs que nous voyons évoluer sur scène portent, et nous apportent, l'oeuvre à laquelle ont contribué de nombreux autres artistes qui demeurent dans l'ombre au moment de la représentation. Rares sont les personnes - autres que les artistes eux-mêmes - qui connaissent ce travail de l'intérieur, de là où il surgit, du lieu de sa conception, de son élaboration et de sa fabrication. Le voyant de l'extérieur, nous en percevons d'abord les aspects spectaculaires, ceux de la mise en évidence: décors d'illusion, costumes de lumière, enveloppements évocateurs, jeux séduisants, performances. Ce sont ces aspects que, spontanément, nous cherchons le plus volontiers à reproduire lorsque nous abordons la pratique théâtrale: comme l'enfant imite des sons avant d'apprendre les mots, comme il fait les mouvements de l'écriture avant de connaître les lettres-signes et leur sens. Il en est ainsi du théâtre: on en tente souvent une première compréhension par imitation. C'est un peu ce que cherchent à faire les enfants qui, ayant vu un spectacle sur scène, se mettent à répéter ce dont ils ont été spectateurs. Ils le font avec leur corps et leur voix, dans leurs gestes, leurs mouvements et jusque dans ces répliques qu'ils répètent en les savourant. Ce sont leurs références et ils les mettent à profit.

Cette rencontre avec le théâtre, toute spontanée et fugitive qu'elle soit, fonde souvent une curiosité, un attachement qui seront durables. Mais comment et par où entrer dans cet univers artistique complexe? Comment s'avancer dans la connaissance de l'art du théâtre et par quelles voies? Comment identifier les composantes du spectacle, s'en approcher autrement et être à même de se les approprier? Quels processus envisager et pour quelle actualisation?

Éblouissant et séducteur dans ses aspects spectaculaires, le théâtre se présente comme un ensemble construit dont on a tendance à ne retenir que les composantes les plus immédiatement perceptibles: le comédien/personnage (les deux étant souvent intimement liés dans la mémoire du spectateur); la fable (l'histoire); la présentation visuelle (costumes, objets, structures scénographiques). Leur souvenir est mêlé à leur impact émotif sur le spectateur. Mais comment détecter, après une seule représentation, la finesse d'un dialogue, la force d'une structure dramatique, l'importance d'un leitmotiv thématique, la précision d'un éclairage, le contraste des couleurs? L'impression laissée par un spectacle est souvent globale, et il s'avère difficile d'individualiser l'apport de chacun des éléments à la composition d'ensemble.

Notre proposition est à l'effet qu'une pratique théâtrale active, centrée sur la création, amenée par le jeu dramatique et s'actualisant concrètement dans une présentation publique constitue le mode d'apprentissage de ce langage artistique spécifique. Cet apprentissage conduit jusque vers l'intérieur de l'acte théâtral et puis, de nouveau et en cheminement inverse, de ce coeur sensible à ses manifestations d'extériorisation. Apprivoiser le théâtre, c'est le connaître dans le travail créateur qui le prépare tout autant que dans la force de ses présentations publiques: c'est cheminer sur des routes d'intériorisation et d'extériorisation; c'est aborder patiemment les longues préparations et le travail de précision, puis s'échapper au large avec énergie et puissance. Le théâtre, c'est l'une et l'autre de ces démarches. Et elles conviennent toutes deux, magnifiquement, aux enfants.

Nous aimerions que les photos insérées dans les deuxième et troisième parties du livre témoigne du rapport vivifiant qu'il est possible d'instaurer entre les enfants et le théâtre. Elles ont été prises pendant les 15 semaines de l'atelier-théâtre donné par Madame Hamida Bendriss à 14 enfants de 6 à 9 ans à l'école Lalande (Roxboro, Qc.), de janvier à mai 1996. L'activité avait lieu en dehors de l'horaire scolaire et chacune des séances durait approximativement 75 minutes. La «conception» de l'ensemble a été collective; chaque enfant était responsable de son costume et le décor a été fabriqué à partir d'objets et de matériaux trouvés.

 

Table des matières:

SOMMAIRE

Avant-propos
Points de rencontre

PREMIERE PARTIE
Le théâtre et les enfants

Chapitre 1 - Le théâtre pour enfants
Des artistes inventeurs de territoires
Un mouvement résolument associatif
Artistes et enfants en symbiose
Une dramaturgie de la vraisemblance
Un jeu direct
Une scénographie ludique
Un théâtre porteur de rêves

Chapitre 2 - Le théâtre par les enfants
De certaines «anciennes façons»
Pour des approches différentes
...où des enfants parlent
...où des enfants inventent
...où des enfants jouent
...dans le collectif
Une question de connivence

Chapitre 3 - Les rencontres théâtrales
Autour de l'écriture
Autour du spectacle
Autour d'une pratique

DEUXIEME PARTIE
Les enfants et le jeu dramatique

Chapitre 4 - Le jeu dramatique
Jeu et prise de parole
Jeu et dramatisation
Jeu et théâtralisation
Jeu dramatique et théâtre

Chapitre 5 - Le projet théâtral
Projet et apprentissages
Projet et productions
En guise de synthèse

Chapitre 6 - Les attitudes pédagogiques
Aimer et connaître le théâtre
Etre à l'aise dans le jeu
Bien se connaître

Chapitre 7 - Les ateliers
Le lieu dit atelier
La période dite atelier
Durée et fréquence
Élaboration
Les jeux-exercices
Typologie
Caractéristiques
Et les enfants?
L'accord spontané
Le cap du «troisième atelier»

TROISIEME PARTIE
La création théâtrale des enfants

Chapitre 8 - La fable
Jouer la fable
Qualités rythmiques
Qualités dramatiques
Qualités théâtrales
Transposition: un
Transposition: deux
Improviser la fable
...autour de personnages
...autour de situations
...à partir de catalyseurs
Emprunter la fable

Chapitre 9 - L'espace
Connaître et explorer l'espace
Transformer et construire l'espace
Faire parler l'espace

Chapitre 10 - L'écriture et le spectacle
L'écriture
Notes et fiches
Le canevas
La conduite du spectacle
Le spectacle
Le sens et le rythme
Le jeu et l'énergie
La scène
La représentation
La fête
L'invitation aux rencontres

Conclusion
Points de repère

Références

 

... retour au sommet de la page >


1984 Les Enfants et le jeu dramatique

Apprivoiser le théâtre
Bruxelles: A. de Boeck. 132 p.
en traduction grecque: Athènes. 1997.
Imprimatur, collection Culture Théâtrale

Ce livre présente une réflexion et une proposition centrées autour de la question des rapports entre l'enfant, l'enfance et le théâtre.

La réflexion porte sur le rapport entre le théâtre et les enfants, ce qu'il a été et ce qu'il pourrait être. Il nous semble que, malgré la fondation récente de compagnies théâtrales dont l'effort prioritaire se centre sur la création de textes et de spectacles à l'intention des jeunes, les enfants et le théâtre n'ont pas encore réussi à trouver ni les lieux ni les moyens d'une rencontre pleinement satisfaisante. Il nous semble aussi que les pratiques actuelles d'animation théâtrale sont majoritairement axées sur l'expression-communication personnelle et qu'elles ne laissent pas assez de place à l'apprentissage du langage théâtral: d'autres pratiques favorisent le seul point de vue du créateur-interprète qu'est le comédien. Or le théâtre est un art d'ensemble, nécessairement complexe, où plusieurs signes-éléments jouent un rôle légitime.

La proposition vise à permettre l'apprivoisement du théâtre par les enfants, apprivoisement que le jeu dramatique permet. Notre approche tient essentiellement compte:
1) des enfants, êtres humains à part entière, capables de réfléchir, de créer et d'apprendre les éléments d'un langage artistique comme le théâtre;
2) du théâtre, art complexe de la scène, dont on ne doit a priori exclure aucune composante et qui repose sur l'utilisation de toutes les ressources humaines tant physiques qu'intellectuelles et émotives.

Le jeu dramatique figure le lieu de la rencontre théâtre / enfants, il est à la fois pratique théâtrale et accueil de la créativité enfantine.

Cette approche ne se prétend pas définitive: elle avance sur une route qui n'est pas encore toute balisée mais que diverses études tentent déjà d'éclairer. Elle s'adresse aux adultes, à ceux qui aiment et le théâtre et les enfants, et qui souhaitent leur rencontre dans les meilleures conditions possibles. Elle s'adresse à eux dans l'espoir qu'ils se feront relais, en attendant le moment où, les enfants devenus plus autonomes et la société des adultes plus ouverte, la rencontre entre les arts et les enfants s'effectuera plus naturellement.

 

... retour au sommet de la page >

Documents:

1993 Art dramatique - Repères pédagogiques.
Textes d'André Maréchal
réunis et présentés par Hélène Beauchamp et Francine Chaîné.
Valleyfield: Presses collégiales du Québec. 153 p.
ISBN 2-921314-04-5

André Maréchal est décédé en novembre 1991. Dans le contexte québécois de l'art dramatique, il a été un grand défenseur de la formation pédagogique. Parce que nous avons travaillé de près avec lui, homme d'action et grand pédagogue toujours superbement à l'aise dans la mouvance des sons et dans la dynamique des trajectoires, nous nous sommes posé la question de ses textes. Qu'en était-il de son écriture? Lui avait-il été possible de transmettre dans la linéarité de l'écrit ce qu'il proposait avec autant de force dans la densité et l'apparent éclatement du présent et du «feu de l'action»?

Que trouverions-nous dans ses textes? Qui nous révéleraient-ils, une fois réunis? Les mots qui fixent habituellement la pensée pouvaient-ils être les alliés de cet homme qui, constamment, choisissait de déstructurer, de bouleverser le statu quo, d'éviter les pièges de l'intellectualisation et du comportement figé?

Or, Maréchal a lui-même posé la question de l'écriture. Et lire son premier texte, c'est s'embarquer dans une dynamique de l'écriture qui entraîne le lecteur jusqu'à la dernière page, au fur et à mesure des questions qui surgissent.

SOMMAIRE

1. L'EXPRESSION D'ART DRAMATIQUE COMME «RÉVÉLATEUR»
Écrire la pratique
Expression dramatique et actualisation(s)
Par l'expression dramatique

2. L'ATELIER D'ART DRAMATIQUE - FILS DE CHAINE ET FILS DE TRAME
Les consignes: mots et silences d'une intention
Pièges ou environnements? La présence des objets et des supports d'expression dans la pratique en ateliers
Rétroactions en écho ou les images de Carleton
Mise en action, dramatisation et théâtralisation. Nuances et progression de la pratique en atelier d'art dramatique.
Comme autant de fils à tisser... Réflexions sur la construction d'ateliers en art dramatique.

3. LA PÉDAGOGIE ARTISTIQUE - RÉSEAUX ET REPERES THÉORIQUES
Programme ouvert, système fermé? L'art dramatique au secondaire.
Place et présence de la personne du professeur dans les programmes de formation des maîtres en expression dramatique au Québec.
L'interaction entre formation et intervention dans les pratiques d'animation et de création en art dramatique.

4. LE THÉATRE - MISE EN PERSPECTIVE
Expression dramatique et théâtre: tension et intentions
Échappées critiques
Le théâtre par les adolescents: la complexité d'un face à face.
Art dramatique et formation universitaire: la situation de l'UQAM.

CHEMIN DE VIE d'ANDRÉ MARÉCHAL


1992 Travail théâtral en cours ... des ados parlent du théâtre qu'ils font à l'école secondaire
Valleyfield: Les Presses collégiales du Québec. 111 p.
ISBN 2-921314-01-0

Notre objectif était de rencontrer, en entrevue, des jeunes inscrits au coeur même d'un processus de production de spectacle. Il pouvait s'agir d'une création ou de l'interprétation d'un texte d'auteur. Les jeunes pouvaient être élèves d'un cours d'art dramatique ou de français-théâtre ou encore être réunis dans le cadre d'une activité parascolaire. L'ampleur de leur projet n'était pas en cause puisque nous ne voulions pas effectuer de sélection à partir des moyens financiers ou autres qu'une école mettait à la disposition du cours ou de l'activité des jeunes. Qu'il y ait ou non un apport technique important en son et en éclairage nous importait peu. Il fallait cependant que le groupe ait l'intention de mener le projet jusqu'aux représentations sur une scène, devant des spectateurs invités spécifiquement pour l'occasion. Au départ, c'était là notre objectif et notre unique point de repère.

Chacune des assistantes de recherche devait identifier, dans une région spécifique, de deux à quatre écoles secondaires, privées ou publiques, où de tels spectacles et représentations avaient cours. Nous avons constaté dès le départ que les écoles où les jeunes font du théâtre sont connues. Dans la grande majorité des cas, la pratique est implantée depuis longtemps et remonte souvent à l'ouverture de l'école (même si l'activité a connu des hauts et des bas, des années plus fastes que d'autres). Certaines écoles sont même reconnues pour leur intérêt pour l'art dramatique, ce qui influence le choix d'une école secondaire plutôt qu'une autre pour certains jeunes. Autrement, dès qu'une école ou une commission scolaire entreprend d'instaurer le cours ou l'activité d'art dramatique, la nouvelle se répend vite.

Notre objectif n'était pas de réaliser une étude exhaustive sur la situation de la pratique du théâtre en milieu scolaire au Québec et nous ne nous engagions pas dans une série d'enquêtes ou de sondages. Nous voulions partir en reconnaissance, sur ce vaste territoire de la pratique du théâtre par les adolescents en milieu scolaire. Et les premiers concernés étaient les jeunes eux-mêmes.

Chacun des groupes d'élèves était interviewé à deux reprises: avant les représentations publiques de leur spectacle et après. Les questions de la première entrevue portaient sur l'expérience antérieure des élèves, sur leurs attentes, sur leur fréquentation des spectacles professionnels, sur la façon dont se déroulait leur cours; les questions de la seconde proposaient un retour sur la préparation du spectacle, portaient sur les apprentissages effectués, sur le rapport critique des jeunes à leur propre production et sur la perception du théâtre qui était maintenant la leur.

SOMMAIRE

UNE SI BELLE PASSION
Un appel venu de loin
Vivre 100 vies
Apparemment, c'est différent
Du travail et du talent

TRAVAIL ET PROCESSUS
Approches et explorations
... et le prof?

JEU ET REPRÉSENTATION
À la rencontre du personnage
Trac et adrénaline
Espace critique

APPRENTISSAGES ET PERCEPTIONS
Faire pour apprendre
Perceptions

RÉTRO VISIONS
Retours
Propositions


1992 Le Théâtre dans l'école - des enseignants en situation
Valleyfield: Les Presses collégiales du Québec. 89 p.
ISBN 2-921314-02-9

Nous voulions rencontrer en entrevue les adultes qui accompagnent les jeunes des 4e et 5e années du secondaire tout au long du processus de création et de préparation d'un spectacle. Ces adultes sont des enseignants ou des animateurs et ils sont responsables des productions théâtrales entreprises.

(...)

Quel que soit le poste occupé par l'adulte rencontré, nous avons choisi de le nommer «enseignant» tout au long de nos documents. Il nous est apparu que cet adulte, dans l'accomplissement de sa tâche, transmet bel et bien un savoir aux jeunes de son groupe ou de sa classe. Il nous a semblé également que les connaissances transmises sont bel et bien comprises et assimilées par les jeunes, la production et la présentation d'un spectacle en offrant la preuve convaincante. Bien entendu, les prestations de cet enseignant sont intimement liées à ses conditions de travail tout autant qu'à ses propres connaissances des jeunes et de l'art dramatique.

Les questions d'entrevue portaient sur la situation de l'art dramatique dans l'école de l'enseignant rencontré - historique et perceptions -, sur les choix artistiques et pédagogiques de cet enseignant, sur les élèves faisant le choix de l'art dramatique comme cours optionnel, sur la démarche de formation - les ateliers, le choix des textes à jouer, l'organisation des équipes de production.

SOMMAIRE

TERRITOIRES
Des écoles... comme les autres
Paysages actuels
Matériellement parlant
Territoires à reconnaître

AU COEUR D'UNE PRATIQUE
Comme courte-pointe
Profils de jeunes
Questions d'accueil
Une pratique à valoriser

EN PLEINE SITUATION
D'abord pédagogues
Choix artistiques
La mise en spectacle
Questions d'attitudes
Une situation à légitimer



1988 Théâtre et Adolescence
en collaboration avec André Maréchal.
Actes du colloque international de 1987
Département de Théâtre
UQAM 182 p.

Cet ouvrage réunit les travaux du Colloque Théâtre et Adolescence tenu en mars 1987, événement dont l'objectif était d'identifier et d'interroger les rapports qui existent, qui pourraient ou qui devraient exister entre les adolescents et le théâtre. En 1963, la Nouvelle Compagnie Théâtrale inaugurait ses saisons à l'intention des élèves des collèges et des écoles secondaires; en 1976, le Théâtre de Carton créait Au coeur d'la rumeur pour les adolescents; en 1981, le ministère de l'Éducation rendait public son programme de formation en Art dramatique; en 1984, Jeu, Cahiers de théâtre, publiait un numéro spécial intitulé «Jeunesse en jeu». Était-il possible, en 1987, de poser un nouveau jalon de cette réflexion? de faire l'analyse, sur le vif, de la situation? de réunir un grand nombre de personnes autour de cette problématique?

Le thème du colloque était vaste. Aussi vaste que le territoire à couvrir, aussi varié, aussi multiple dans ses possibilités que les personnes qu'il voulait réunir. Nous souhaitions que le plus grand nombre de pratiques théâtrales se fasse connaître, que divers choix se manifestent. Parce que l'enseignement du théâtre, l'animation théâtrale, la création dramatique et scénique sont le fait d'individus, de collectifs qui ont élaboré, au fil des ans, des approches différenciées. Le colloque était l'occasion de «poser des questions, susciter des discussions» pour que «s'ouvrent de nouvelles perspectives... pour de nouveaux questionnements»
(...)

C'est à partir de deux hypothèses que nous avions élaboré la programmation du colloque. Les deux se sont avérées justes, et le colloque nous a permis de les nuancer.
1. Les adolescents-tes préfèrent être sur scène mais ne savent pas toujours pourquoi ni comment et ne demandent pas mieux que de connaître les moyens de leur propre création théâtrale.
2. Le théâtre pour adolescents est une nécessité et il est en voie de trouver au Québec des modes d'écriture scénique qui en feront un théâtre des plus percutants.
(...)

Ce colloque posait donc un regard en deux temps sur les rapports des adolescents au théâtre et il offrait la possibilité d'un contact nourri avec la pratique professionnelle puisqu'il avait lieu au moment où la Maison Théâtre mettait à l'affiche trois spectacles à l'intention des 13-18 ans: Tiens tes rêves des Productions Ma Chère Pauline; Banc des Réserves des Ateliers de la Colline; Volte face, production du Théâtre Petit à Petit. Nous avions ajouté à l'horaire du colloque un quatrième spectacle: Circuit fermé, production du Théâtre de l'Atrium. L'occasion était donc doublement stimulante. Les représentations théâtrales étaient là, à portée d'expérience, pour enrichir les discussions.
(...)

L'ordre du présent ouvrage est celui du déroulement des rencontres. Les textes sont tirés des enregistrements effectués pendant le colloque.

SOMMAIRE

1. LE THÉATRE PAR LES ADOLESCENTS
Le théâtre par les adolescents: la complexité d'un face à face
André Maréchal

ETRE DANS LES COULISSES OU SUR SCENE?
Quel théâtre par quels adolescents? - Léon Bernier
On sort de l'ombre - André Lazure
Entre le vrai et le faux, la tension du jeu - Jean-Gabriel Carasso
L'acteur adolescent dans le théâtre pour adultes - Robert Wallace
Un théâtre autonome des jeunes - Miguel Retamal

PROPOSITIONS D'APPRENTISSAGE
Apprivoiser l'écriture - Louis-Dominique Lavigne
Poser la question des enjeux - Jean Lambert
Prendre le risque du théâtre - Jean Lambert
Diriger, c'est permettre - Jean-Gabriel Carasso
Chansons en spectacle - Jacqueline Salvas
Son, lumière et théâtre de l'image - Jean Gervais

2. LE THÉATRE POUR LES ADOLESCENTS
Un coup de foudre à ne pas laisser au hasard - Hélène Beauchamp

DÉFINIR LE THÉATRE POUR ADOLESCENTS
Le théâtre pour adolescents? - Jeanne Ostiguy
... l'urgence et le désir - Jacinthe Potvin
... un théâtre coincé - Claude Poissant

ÉCRIRE LE THÉATRE POUR ADOLESCENTS
Adolescences en contextes - Jean-François René et Denyse Lacelle
Proposer autre chose - Yves Masson
Une stratégie de la fête et du désir - Yves Graffey
Chanter ce qu'il est impossible de dire - Wolfgang Kolneder
Couleurs, espaces et nouvelles technologies - Michel Demers

PIEGE, NÉCESSITÉ OU ACCIDENT?
Donner le droit à la prise de parole - Jean Lambert
Un combat perdu - Wolfgang Kolneder
Le risque de la création contemporaine - Yves Graffey
Les attentes du milieu scolaire - Yves Masson
Le théâtre pris au piège - Jean-Guy Leduc
Les enjeux fondamentaux - Louis-Dominique Lavigne

3. PRISES DE PAROLE

Paroles d'adolescentes / Paroles d'adolescents - Hélène Beauchamp
Les rapports des adolescents au théâtre, résultats de pré-enquêtes -
Roger Deldime, Bruxelles
Hélène Beauchamp, Montréal

EN GUISE DE CONCLUSION

Recherches en émergence: pour conclure sans exclure... - André Maréchal

 

... retour au sommet de la page >

Articles:

La production de spectacles par les jeunes de 15 à 17 ans
Conférence publiée dans
Revue des Sciences de l'Éducation, vol. XVIII, no. 2, 1992, p. 285-291
ISSN : 0318-479X (imprimé)
ISSN : 1705-0065 (numérique)

L'équipe de recherche Jeunesse en Scène a rencontré en entrevue 24 groupes de 15 à 17 ans dans dix régions administratives du Québec pendant l'année scolaire 1989-1990. Ces jeunes étaient inscrits aux cours optionnels d'art dramatique et/ou de français-théâtre des 4e et 5e années du cours secondaire, et ils étaient en plein processus de production théâtrale. Les premières entrevues ont été réalisées à l'automne, et les secondes, après les représentations publiques. De ces 24 groupes, 19 travaillaient avec un professeur réfulier, 3 avec des animateurs engagés sur une base régulière et 2 avec des animateurs pigistes. De ces 24 groupes, 7 avaient choisi une pièce du répertoire étranger, 8 travaillaient une pièce québécoise et 9 écrivaient leur propre création.

Réflexions

Les discussions que nous avons eues avec les jeunes, avec les enseignants et avec les directions scolaires montrent que l'existence des productions théâtrales à l'école secondaire est désirée, voire souhaitable. Nos observations et nos analyses montrent cependant que l'absence d'intégration de ces productions et spectacles au programme officiel de formation les ampute du soutien physique, financier et moral auquel elles ont droit. Il nous paraît donc souhaitable de maintenir l'existence des productions, de les inclure officiellement au programme et de leur conférer un statut légitime. Ce faisant, les responsables de l'enseignement de l'art dramatique seront tenus d'identifier le sens et la place des productions théâtrales en milieu scolaire et de donner aux enseignants et aux jeunes les moyens de leur réalisation.

Les enseignants, de leur côté, devront identifier et définir leurs attitudes pédagogiques tout autant que leurs approches artistiques. Quels seront leurs choix, par exemple, pour la direction des jeunes acteurs et pour la mise en scène? Si les objectifs fixés sont clairs, ces enseignants développeront une pédagogie spécifiquement reliée à la pratique théâtrale en milieu scolaire. Il y aura adéquation entre les jeunes et le théâtre, et les apprentissages progressifs reposeront sur une connaissance pratique et théorique du théâtre tout autant que sur le respect des jeunes élèves.

La production théâtrale à l'école secondaire est légitime, mais il faut lui donner les moyens de sa légitimité et l'arrimer à une pratique pédagogique adéquate.


Autres articles - Other articles

1993 «Faire du théâtre au secondaire - Des enseignants au coeur d'une pratique.» Vie Pédagogique. No. 84.

1993 «Faire du théâtre au secondaire - Analyse du point de vue des jeunes.» Vie Pédagogique. No. 82.

1992 «Une si belle passion.» Les Cahiers de théâtre Jeu inc., no. 65.

1991 «Une pratique théâtrale active insérée dans les programmes de
formation des enseignants? N'y trouverait-on que des avantages?»
Théâtre et Formation des enseignants. Morlanwelz: Ed. Lansman.
ISSN : 0777 - 6764

1991 «Le processus de création théâtrale des cycles Repère: utilisation
en vue de la dramatisation de textes littéraires par les adolescents»
Attitudes no. 13 et Actes du 5e Séminaire de Littérature pour la jeunesse.
Bruxelles : Inspection de l'Éducation permanente et de la culture.

1990 «Le conte et son application pédagogique en jeu dramatique.»
Théâtre et Éducation, Actes du Colloque International de Mohammedia
(1988). F. Chami, A. Massaïa, B. Oufrid, éd. Casablanca: Société Marocaine
d'Edition.

1985 «Du théâtre et des adolescents.» Vie Pédagogique. No. 36.

1981 «L'école, lieu de représentation?» Lyon: Cahiers du Soleil debout, nos 15-16.

1980 «Quand une troupe de théâtre vient à l'école.» Vie Pédagogique. No. 6.

1979 «Enfin... l"art dramatique à l'école.» Les Cahiers de théâtre Jeu inc. No. 12.

1979 «Le jeu dramatique au primaire - approches.» Possibles. Vol. 3, nos. 3-4.

1977 «Le Théâtre à l'école, Les Cahiers de théâtre Jeu inc. No. 6.

 

... retour au sommet de la page >